Blue Flower

Quelques mots piochés au hasard. L'exercice plait à Mary. Andromède – Déconvenue – Cartomancienne – Trublion – Cucurbitacée - Indécis – Médiéval - Anodin - Chignon

___________________________________________________________________________________________

La pièce autour de nous attend. A la fenêtre, un chat tigré partage l’espace avec une cucurbitacée extradée d’un potager. D’où nous sommes assises, on aperçoit un couloir ponctué d’affiches. Elles sont nombreuses. Placées là sans doute pour tenter d’adoucir la rigidité du lieu. Léa se penche pour décrypter la première. An-dro-mè-de. Dans son regard soudain indécis, se reflète comme un huis clos antédiluvien mêlant parents, enfants et autres trublions névrosés. Le genre de tragédie qu’apprécient les directeurs artistiques.

Léa allonge ses jambes et me demande ce qu’on fait là. Je ne tente pas de lui rappeler qu’elle a insisté pour que je l’accompagne. Je ne tente pas non plus de lui expliquer que je trouve étrange voire démodée sa démarche, celle d’aller consulter une cartomancienne. Je cherche confusément une passerelle avec quelque croyance venue d’une autre époque. Me viennent à l’esprit les cartes de tarot avec leur imagerie médiévale, l'endroit y est propice.

Comme chez le médecin, il n’y a rien d’autre à faire que d’attendre. Sauf que nous patientons après une dénommée Hortense, cartomancienne de son état. Pour combler le temps, Léa se met à me la décrire telle qu’elle l’imagine. Elle voit une immense bonne femme portant strict chignon et babioles multicolores, et tout, et tout. Je pense tout de suite à un mix entre bureaucrate tailleur-escarpins et mage flamboyant au regard hypnotique. Drôle de mélange que me propose mon imagination. Quant au "et tout, et tout", je n'ai aucune analyse fine à formuler dans l'instant.

Le stéréotype rôde, je m’installe dans le silence et me demande à mon tour ce que je fous là. J’évite de lui faire part de mon embarras teinté de scepticisme par rapport à la situation. Ces temps ci, elle a besoin que je lui témoigne un soutien bienveillant. Inutile d’ajouter à ses nombreuses déconvenues, sentimentales entre autres, un doute sournois sur la valeur de l’amitié que je lui porte. On en est là avec Léa. Rien de ce que je peux faire ou dire ne parait anodin. Elle me fait peur parfois. Elle m’émeut aussi. Sa fragilité rendrait presque friable l’air qui l’entoure. Ses paroles, bien souvent, éclatent en un feu d’artifice de bulles cristallines.

Depuis une bonne demie heure, l'avenir de Léa attend Hortense. Allons, encore un peu de patience, ça bouge derrière la porte. On y est presque.